Troisième dose

Un fil Twitter d’Antoine Flahault (@FLAHAULT)

La 3ème dose, parlons-en. Sans tabou, sans préjugés.
Il va s’accumuler avec le temps (et la baisse progressive de l’immunité) des preuves que la 3ème dose augmente significativement l’immunité. Les fabricants, des experts, et les politiques les utiliseront comme argument.

À terme, ils auront probablement raison, mais à quel terme ? Et faut-il sur ce genre de question avoir raison trop tôt, plus tôt que les autres ? Ce n’est pas sûr.
Voyons pourquoi.

Aujourd’hui, le taux d’anticorps baisse avec le temps, et semble-t-il le risque d’infection augmente plus ou moins proportionnellement, mais pas celui d’infections graves, du moins en population générale (ni même chez les personnes âgées).

Il n’y a donc pas encore de preuves scientifiques décisives pour recommander la 3ème dose en population générale. Cette 3ème dose est déjà plus acceptable chez les plus de 80 ans, et bien sûr nécessaire en cas d’immunodéficit prouvé.

En revanche si 1/3 de la planète a reçu au moins une dose (5 milliards de doses ont été délivrées en 9 mois), seuls 1,4% des populations des pays pauvres est vaccinée. Cette 3ème dose va anéantir toute chance de vacciner rapidement le reste de la planète, est-ce lucide ?

Les dirigeants politiques se débattent avec la pandémie, et dans les pays riches, ils auront l’impression de « faire quelque chose » pour leur peuple avec cette 3ème dose, et espéreront éviter de nouveaux confinements, mais sans, bien sûr, aucune preuve à ce sujet.

Les fabricants seront ravis de revendre une 3ème dose (puis une 4ème) à des pays solvables plutôt que d’avoir à les donner à prix coûtant au Burkina Faso, au Cambodge ou à la Bolivie.

Des experts, sachant qu’à terme l’avenir leur donnera raison, et voulant l’immunité la plus rutilante possible, chercheront à faire grimper les anticorps des cohortes dont ils ont la charge. Et cela fonctionnera.

Y aura-t-il des voix suffisamment fortes pour soutenir le moratoire de la 3ème dose ?
3ème dose sans fondement scientifique actuel solide, relevant d’une vision court-termiste sur le plan global, ne règlant pas les problèmes plus complexes que nous devons d’abord affronter ?

D’abord, vaccinons toute la population éligible partout dans le monde à commencer par chez soi.
D’abord, maintenons le niveau le plus bas de transmission communautaire.
D’abord, sécurisons les écoles, les transports, tous les lieux clos.
D’abord, contrôlons nos frontières.

Leave a Reply


× un = cinq


css.php