Blog Odyssée » 2014 » December

Archive for December, 2014

Moon Over Nubble

Tuesday, December 30th, 2014

Great image by Michael Blanchette

Communication Patterns around the World

Monday, December 29th, 2014

Outils de gestion de sites

Monday, December 29th, 2014

7 outils gratuits et open source utiles au SEO

D’après un article du Journal du Net en collaboration avec Jean-Benoît Moingt.

  1. Serposcope est un outil de suivi de mots clés en PHP, à s’installer sur son ordinateur ou chez un hébergeur.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "Complet, Serposcope propose un gestionnaire de proxies et la résolution de captchas. Utile, car Google peut essayer de bloquer ce genre d’outils. Serposcope est également l’un des rares outils de suivi de positions à gérer le paramètre “uule” permettant de simuler des recherches géolocalisées.Toutes les données récupérées sont stockées dans une base MySQL, ce qui permet de la récupérer facilement."
  2. A la fois utile pour crawler et indexer, Mnogosearch est un logiciel venant de Russie et développé en C++.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "C’est surtout sa fonctionnalité de crawler qui va intéresser en SEO. Balises à récupérer, vitesse, maillage interne, respect ou non du robots.txt : un crawl Mnogosearch est 100% customisable. Contrairement à la plupart des crawlers SEO, Mnogosearch sait gérer de très grosses volumétries. Un site de 10 millions de pages ne lui fera pas peur ! Seul inconvénient, il ne faudra pas avoir peur de travailler en ligne de commande, car Mnogosearch ne propose pas d’interface graphique."
  3. Disponible depuis déjà 7 ans, SEO Soft est également un logiciel de suivi de positions de mots clés.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "Contrairement à Serposcope, il s’agit d’un logiciel du bureau, qui sera donc facilement installable par les plus néophytes. Très simple d’utilisation, SEO Soft est parfait pour suivre quotidiennement l’évolution de quelques dizaines de mots clés. SEO Soft ne permettant pas l’utilisation de proxies, il n’est cependant pas adapté à des interrogations massives."
  4. WatussiBox Free est un outil d’analyse du comportement du robot d’indexation Googlebot.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt (qui a développé l’outil) : "Cet outil permet de voir les fréquences de passage de Googlebot, les pages en erreurs, les pages nouvellement découvertes… WatussiBox Free peut directement se brancher à votre serveur Apache (sur un serveur dédié) ou fonctionner grâce à un tracker PHP (sur un hébergement mutualisé)."
  5. Disponible sur Github, SEOstats permet d’obtenir une grande partie des informations utiles au SEO.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "SEOstats est une librairie PHP incontournable pour ceux qui développent leurs propres outils SEO. SEOstats propose en effet de nombreuses fonctions qui permettent de gagner un temps précieux : récupération du PageRank d’une page, du nombre de pages indexées, résultats de SERPs… SEOstats permet également de récupérer des données d’Alexa, de SEMrush, de Mozscape… Un must !"
  6. La page officielle dédiée au projet Kibana annonce clairement son objectif : “donner du sens à une montagne de logs”.
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "Son utilisation dépasse très largement le petit monde du SEO, mais Kibana est un outil incroyable pour se créer des dashboards. Kibana récupère et croise tous les flux de données que vous lui donnerez à manger : visites, crawl, clics, ventes, géolocalisation… Kibana vous permet ensuite de créer vos KPIs et de choisir la visualisation la plus adaptée. Il ne vous reste plus qu’à afficher votre dashboard sur un écran et de suivre l’évolution en temps réel !"
  7. Piwik est un outil de Web Analytics, comme Google Analytics, mais open source (lire le zoom sur cet outil).
     
    Le commentaire de Jean-Benoît Moingt : "Outre les avantages en termes de vie privée (aucun tiers ne récupère vos données), le fait d’avoir une information stockée dans une base de données facilement interrogeable est un plus indéniable pour Piwik. Vous pouvez ainsi facilement créer des indicateurs du type ‘articles les plus lus aujourd’hui’, ’23 personnes regardent ce produit actuellement’… Piwik est sans doute le seul outil de web analyse à permettre une visualisation qui tient la route depuis un mobile, le dashboard étant en responsive design. Il faudra cependant avoir une grosse base de données à disposition, le volume de données stockées prenant rapidement beaucoup de place."

5 outils pour auditer un site web

D’après un autre article du Journal du Net.

  1. Xenu “Link Sleuth” est un logiciel (à installer sur PC) conçu pour réaliser le scan détaillé d’un site afin de détecter de manière assez exhaustive ses éventuels problèmes et surtout ses liens cassés. L’outil peut aussi analyser les liens JavaScript.
     
    Il va ensuite faire remonter des erreurs comme les 404, mais aussi les redirections 301 ou 302. Les problèmes de DNS, de contenu dupliqué ou de temps de chargement peuvent aussi apparaître, entre bien d’autres indicateurs à prendre en compte pour optimiser l’indexation d’un site. L’outil peut analyser des sites en local, ou ceux sécurisés via SSL. Cerise sur le gâteau : il est totalement gratuit.
  2. Autre outil gratuit d’audit SEO, également à installer sur un PC, LinkExaminer va parcourir une page donnée, et surtout ses liens afin de faire remonter leurs caractéristiques : liens pointant vers l’extérieur ou l’intérieur du site, nofollow, codes d’erreur associés (301, 404…), mais aussi temps d’accès, dates de modification, poids et profondeur des pages.
     
    Il est aussi possible de savoir si les URLs listées sont visées par le robot.txt, ou si les liens ou pages sont générés de manière dynamique. Une colonne baptisée SEO donne également quelques conseils (Title trop long, meta description manquante). Les exports en fichier .csv sont possibles, mais, comme pour Xenu, l’outil peut avoir du mal à parcourir des sites de grande dimension.
  3. Disponible pour Mac et PC, Screaming Frog va aussi analyser un site, ses liens, images, CSS et scripts pour en ressortir des indicateurs utiles à l’indexation et au SEO.
     
    Au-delà des erreurs HTTP de type 3xx, 4xx et 5xx, l’outil va également faire remonter les balises Title, H1 ou H2 manquantes, dupliquées ou trop longues. L’ancre des liens rencontrés est précisée, tout comme leur caractère dofollow ou non. Il est aussi possible de changer l’user agent afin de parcourir le site comme le feraient les robots de Google ou Bing.
     
    Le logiciel est disponible gratuitement, mais certaines options (nombre d’URLs analysées illimitées, crawls précédents sauvegardés, analyse plus fine de code source) nécessitent une licence payante.
  4. Dans sa suite SeeURank, le français Yooda propose de nombreuses fonctionnalités pour auditer un site : analyse des liens cassés, des balises HTML dupliquées, de l’éloignement par rapport à la page d’accueil, liste des ancres… SeeURank fait aussi ressortir les mots clés de la page et du site, et leur densité. La suite, payante, ne se limite cependant pas à l’analyse des critères on-page, mais propose d’analyser les backlinks ou de suivre les positions dans les moteurs.
     
    Yooda vient tout juste de lancer ses Webtools facturant à l’usage certaines fonctionnalités, comme la suggestion de mots clés et l’analyse de la visibilité de la concurrence.
  5. La suite Advanced Web Ranking, ou “AWR”, propose plusieurs fonctionnalités d’analyse des critères on-page utiles au SEO. Son module “Website Auditor” fait ainsi remonter les erreurs 3xx 4xx ou 5xx, les balises Title dupliquées, ou vides, mais aussi le nombre de liens internes et externes, nofollow ou non, ainsi que le nombre de fois que la page a été partagée sur Facebook, Twitter ou Google+. L’analyse de mots clés est aussi au rendez-vous.
     
    Toutes ces fonctionnalités sont présentes dans la version payante Entreprise de la suite, qui ne se limite pas à l’analyse des éléments sur site (Web Analytics, analyse de positions, des mots clés et des backlinks). La version standard, qui peut être gratuite, se limite à un audit SEO on page moins exhaustif.

How to argue with research you don’t like

Wednesday, December 24th, 2014

I Am a Maker

Monday, December 22nd, 2014

Breast Cancer Screening: Benefits and Harms

Saturday, December 20th, 2014

A picture is worth a thousand words, and this illustration from the JAMA will unfortunately never be displayed on giants billboards as advertising in favor of breast cancer screening keeps on being.

When to Use JPEG, GIF and PNG

Thursday, December 18th, 2014

From WhoIsHostingThis

All products are conversations

Wednesday, December 17th, 2014

People who work at Walmart talk about hating Walmart.

People who work at Starbucks talk about the day to day of customer service. Difficult customers, that kind of thing.

Big difference.

Nowadays, people talk a lot. On a multitude of channels. From blogs to big papers and everything in between.

Unless you have an army of publicists, you’re going to have trouble managing that conversation.

Much better to give them something great to talk about.

Control the conversation, by starting it in the right place.

Text and cartoon by @gapingvoidart

Les Mots en l’air

Sunday, December 14th, 2014

Les mots qu’on lance vers les étoiles ne sont pas toujours des paroles en l’air. Jongler avec les mots n’est pas donné à tout le monde. Il faut faire preuve d’habileté, de souplesse, de virtuosité. Un mot qui tombe mal ou qui tombe à côté ou que vous recevez, comme ça, en pleine poitrine, alors que vous ne vous y attendiez pas, peut faire des dégâts, il peut être blessant. Et je ne vous dis rien des séquelles et des traumatismes pendant des mois, des années. Combien d’estropiés du cœur après des collisions verbales. Il ne faut jamais l’oublier : les mots sont dangereux. Ils doivent être maniés avec infiniment de précaution.

Les mots qu’on envoie en l’air ont besoin de souffle et d’inspiration. Il existe des mots lourds de sens, mais qui surtout pèsent des tonnes. Tournez les pages de votre quotidien, faites défiler les actualités sur votre tablette. C’est fou comme les journaux sont remplis de déclarations, de proclamations, de promesses, de décrets, de divulgations, de révélations…

Mais les mots en l’air quand ils sont vifs comme des cabris, vaporeux comme des elfes, légers comme de la chantilly, sont des bouffées de fraîcheur qui longtemps voltigent comme des feuilles d’automne sous le préau de notre conscience.

« Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant. Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. Dans l’eau de la claire fontaine elle se baignait toute nue. Y’a d’la joie ! J’en ai tant vu qui s’en allèrent ils ne demandaient que du feu. Je chante un baiser »…

Dans quelques années, dans quelques mois, dans quelques jours, enfin, tout de suite, là, dans quelques instants, nous aurons oublié les mots qui aujourd’hui font les importants, qui se poussent du col, qui jouent les gros bras et longtemps nous seront reconnaissants à Paul Verlaine, à Henri Calet, à Georges Brassens, à Charles Trenet, à Louis Aragon, à Alain Souchon, à tant d’autres, d’être de si fidèles compagnons qui ont su suspendre en apesanteur les mots de la mémoire et de la consolation.

François Morel

The Collaboration Pyramid revisited

Monday, December 8th, 2014

In a great blog post, Oscar Berg (@oscarberg) revisited the collaboration pyramid by showing the social immersed part of the iceberg that allows collaboration processes to come true.

Oscar Berg’s greatly valuable contribution is to state that all these "under the water" processes can remain implicit when a team meets in real life, but, as deep foundations, must be explicitly addressed when social activities are operated through electronic media.


css.php